fosile ida


 

Darwinius

Cet article est une ébauche concernant les primates.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.
Aide à la lecture d'une taxobox Darwinius masillae
 Reconstitution
Reconstitution
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Sous-ordre Strepsirrhini
Infra-ordre Adapiformes
Famille Notharctidae
Sous-famille Cercamoniinae
Genre
Darwinius
Franzen, Gingerich, Habersetzer,
Hurum, Koenigswald & Smith, 2009
Nom binominal
Darwinius masillae
Franzen, Gingerich, Habersetzer,
Hurum, Koenigswald & Smith,, 2009
Retrouvez ce taxon sur Wikispecies
D’autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons

Darwinius masillae, nommé en hommage à Charles Darwin, est une espèce de primate aujourd’hui éteinte. Un fossile (nommé Ida) est découvert en 1983 sur le site fossilifère de Messel en Allemagne, mais son étude n’est publiée qu’en 2009 et a fait l’objet d’une couverture médiatique significative.

SDescription

Ayant vécu il y a 47 millions d’années, Darwinius masillae est morphologiquement proche des lémuriens actuels avec notamment un pouce opposable aux autres doigts permettant la préhension. D’un poids à l’âge adulte situé entre 650 et 900 grammes, son régime alimentaire est celui d’un herbivore1.

L’absence de griffes, remplacées par des ongles, fait que Darwinius masillae n’est pas un lémurien fossile mais fait partie d’un vaste groupe de primates que sont les adapoïdes1.

Fossile[modifier]

Le fossile Ida, avec à gauche la plaque la plus complète et à droite celle restaurée où seules les parties 1 et 2 sont authentiques.

Le fossile, dont l’animal a depuis été nommé Ida, est découvert en 1983 par des collectionneurs privés qui l’ont séparé en deux pour le vendre. La première plaque représentant le côté gauche d’Ida est achetée en 1991 pour le compte du Wyoming Dinosaur Center at Thermopolis. Elle est décrite en 1994 et le résultat de cette étude démontre que certaines parties ont été restaurées pour faire croire que le fossile est bien plus complet qu’il ne l’était. La seconde plaque représentant le côté droit d’Ida est achetée en 2007 par le Muséum d’histoire naturelle de l’Université d’Oslo. Bien plus complète que l’autre plaque dont le rapprochement est fait, elle démontre indéniablement les parties restaurées de la première plaque1.

Ida est une jeune femelle qui serait décédée entre 9 et 10 mois et pesant environ 60 % de son poids d’adulte. Le fossile est particulièrement bien conservé : il est possible de distinguer les parties molles, jusqu’au contenu de l’estomac1.

Couverture médiatique

Présenté en 2009 au Muséum Senckenberg, la reconnaissance d’Ida comme le « chaînon manquant » dans l’évolution de la lignée des primates, incluant entre autres l’Homme et le chimpanzé, a été particulièrement médiatisée2. Cependant, la notion de chaînon manquant est caricaturale au regard de la théorie synthétique de l’évolution. Ida est plus à considérer comme la représentante d’une espèce prosimienne.

La publication de l’article le 12 mai 2009 sur PLoS One fait l’objet d’une couverture médiatique significative, avec notamment la diffusion d’un documentaire (The Link – « Le chaînon ») sur la chaîne de télévision thématique internationale History Channel, d’un livre du même nom 3 et la modification du logo de Google pour la journée du 20 mai 2009 4.

Critiques

Toute cette attention médiatique, avant que la publication ait pu être évaluée, a soulevé une certaine controverse au sein de la communauté scientifique 5. Des scientifiques, tels que l’anthropologue Elwyn Simons et le paléontologue Christopher Beard, font remarquer que la publication n’améliore en rien notre connaissance des primates tandis que d’autres mettent le doigt sur certaines faiblesses de l’étude 6.

 

Publicités

Nautilus (Jules Verne)


Une illustration de Vingt mille lieues sous les mers par Alphonse de Neuville

Le Nautilus vu par Neuville[1]

Le Nautilus est un sous-marin de fiction imaginé par Jules Verne. D’abord paru dans Vingt mille lieues sous les mers ( 1869 ), puis refaisant une apparition dans L’île mystérieuse. Il est technologiquement très avancé puisqu’à l’époque, l’électricité était sous-développée par rapport à maintenant. Ainsi, pendant sept mois, il couvre la distance de 20 000 lieues (environ 111 000 km), plus de deux fois la circonférence terrestre, vers le plancher océanique, puis réussi à sortir du maelström. Il a été un instrument de vengeance, et dans le même temps, un laboratoire de recherche et un musée. Il a coulé plusieurs navires et aidé à trouver l’Atlantide[2]. Le Nautilus était l’incarnation du progrès technologique, et son nom est devenu plus populaire parmi les sous-marins. Grâce à lui, Jules Verne est devenu le « père de sous-marins ». [3] En l’honneur du Nautilus, son nom est devenu celui d’équipements électroniques, d’ordinateurs , de véhicules spatiaux, ainsi que de restaurants, d’hôtels, de groupes de rock et de clubs sportifs.

 

L’idée de la création du Nautilus chez Jules Verne[modifier]

L’idée de créer un immense sous-marin chez Jules Verne n’est pas juste. L’apparition du Nautilus dans l’imagination de l’écrivain doit, avant tout, à son capitaine – Nemo. En 1866 , Jules Verne a écrit son éditeur Etzel :

L’Alligator

Il est nécessaire que mon inconnu n’ai pas le moindre contact avec le reste de l’humanité, dont il est complètement séparé. Il ne vit pas sur terre, il renonce à la terre. Lui assez de mer, mais nous devons, que la mer lui a donné tout le chemin jusqu’à l’habillement et la nourriture. Il n’a jamais mis de pied sur aucun continents … [10]

L’écrivain a décidé de mettre son héros dans les profondeurs de l’océan, et pour cela, il faut un bateau sous-marin. Ainsi commence à se former une image de l’avenir « Nautilus ». Dans les années 1860, les sous-marins étaient déjà connus, ils ont été construits dans plusieurs pays, et l’écrivain est bien conscient d’eux. Ainsi, en 1862 il vit en construction le  » Plongeur « , qui a été considéré comme un géant parmi un véritable sous-marin. [3] En 1867 , il retourne à Paris après un voyage au États-Unis , Verne a visité l’Exposition universelle de Campus Martius , où ont été présente « Fée Électricité » projet pour l’avenir du canal de Suez , ainsi que les sous-marins première technologie et de combinaisons de plongée , que l’on retrouve beaucoup dans Vingt mille lieues sous les mers et dans les sous-marins de fiction plus tard. [2], [11]

Il est difficile de déterminer exactement quel type de sous-marin était le prototype final du « Nautilus ». Donc, il ressemble beaucoup au sous-marin américain « Alligator » ( Eng. ) lancé en 1862. Cependant, les équipements internes « Nautilus » sont plus proches du « Plongeur » : un réservoir d’air comprimé à l’avant, la vis d’entraînement mécanique, les citernes de ballast vidables avec de l’air comprimé, ainsi que d’énormes compartiment.

 

Une maquette du Plongeur au musée national de la marine de Paris

Opinion très répandue selon laquelle le «Nautilus» a été nommé ainsi en l’honneur de l’embarcation éponyme de Robert Fulton , où il a été montré aux Parisiens sur la Seine en mai 1801. [10] Toutefois, dans ses œuvres, Verne, né en 1828 , ne mentionne jamais son nom. [12] [13] Ainsi, Jules Verne n’avait aucune raison de remettre le navire de fiction sous-marine en l’honneur du vrai sous-marin. Par ailleurs, dans son roman « Vingt mille lieues sous les mers », il décrit l’épisode dans lequel les passagers du « Nautilus » regardent un tas de coquillages nautilus (qui dans le roman sont appelés Argonautes) et par rapport aux mollusques et leurs coquilles avec le capitaine Nemo et son navire. [14] Le même épisode révèle la signification de la devise du «Nautilus» : « Mobilis in mobile » (« Moblile dans l’élément mobile »)[15]

Le Nautilus dans les œuvres littéraires de Jules Verne[modifier]

Création[modifier]

Après la défaite de la mutinerie des Cipayes en Inde et le retour au régime Britannique, le prince Dakkar, ayant perdu sa femme et ses deux enfants, s’est retiré sur une île lointiane de l’océan pacifique avec une poignée de personnes qui lui sont fidèles. Là, il conçoit les plans de son futurs sous-marins. Il demande alors à diverses entreprises du monde de lui envoyer une pièce de son sous-marin. Ils les assemblera toutes ensuite pour pouvoir construire son navire de plongée. La quille du Nautilus a été forgée au Creusot , son arbre d’hélice chez Pen et Compagnie à Londres , les plaques de tôle de sa coque chez Leard à Liverpool, son hélice chez Scott, de Glasgow, ses réservoirs par Cail et compagnie à Paris , sa machine par Krupp, en Prusse , son éperon dans les ateliers de Motala en Suède , ses instruments de précision chez Harth frères de New-York, etc. Chacun ayant reçu les plans sous des noms différents et des destinations déguisées. Après cela, le prince Dakkar, qui s’appelle désormais lui-même le capitaine Nemo, crée sur l’île un quai en bois, où est construit le navire, qui reçoit le nom « Nautilus ». Après le montage du navire, Nemo brûle toutes les traces de personnes sur l’île, et sur son navire commence le voyage dans la mer profonde. [16] [17]

Construction[modifier]

Le capitaine Nemo et le professeur Aronax regardent les plans du Nautilus[3]

Le Nautilus est un cylindre très allongé, à bouts coniques. Il affecte sensiblement la forme d’un cigare. La longueur de ce cylindre, de tête en tête, est exactement de soixante-dix mètres, et son bau, à sa plus grande largeur, est de huit mètres. Il n’est donc pas construit au dixième comme les steamers de grande marche, mais ses lignes sont suffisamment longues et sa coulée assez prolongée, pour que l’eau déplacée s’échappe aisément et n’oppose aucun obstacle à sa marche. Ces deux dimensions permettent d’obtenir, par un simple calcul, la surface et le volume du Nautilus. Sa surface comprend mille onze mètre carrés et quarante-cinq centième ; son volume, quinze cent mètres cubes et deux dixièmes — ce qui revient à dire qu’entièrement immergé, il déplace ou pèse quinze cent mètres cubes ou tonneaux. Lorsque Nemo fit les plans du Nautilus, il voulut qu’en équilibre dans l’eau, il plongeât des neuf dixièmes, et qu’il émergeât d’un dixième seulement. Par conséquent, il ne devait déplacer dans ces conditions que les neuf dixièmes de son volume, soit mille trois cent cinquante-six mètres cubes et quarante-huit centièmes, c’est-à-dire de ne peser que le même nombre de tonneaux. Il a donc dû ne pas dépasser ce poids en le construisant suivant les dimensions susdites.

Le Nautilus se compose de deux coques, l’une intérieure, l’autre extérieure, réunies entre elles par des fers en T qui lui donnent une rigidité extrême. En effet, grâce à cette disposition cellulaire, il résiste comme un bloc, comme s’il était plein. Son bordé ne peut céder ; il adhère par lui même et non par le serrage des rivets, et l’homogénéité de sa construction, due au parfait assemblage des matériaux, lui permet de défier les mers les plus violentes. Ces deux coques sont fabriquées en tôle d’acier dont la densité par rapport à l’eau est de sept, huit dixièmes. La première n’a pas moins de cinq centimètres d’épaisseur, et pèse trois cent quatre-vingt-quatorze tonneaux quatre-vingt-seize centièmes. La seconde enveloppe, la quille, haute de cinquante centimètres et large de vingt-cinq, pesant, à elle seule, soixante-deux tonneaux, la machine, le lest, les divers accessoires et aménagements, les cloisons et les étrésillons intérieurs, ont un poids de neuf cent soixante et un tonneau soixante-deux centièmes, qui, ajoutés aux trois cent quatre-vingt-quatorze tonneaux et quarante-huit centièmes. C’est pourquoi, pour permettre au Nautilus d’émerger d’un dixième, le capitaine Nemo a disposé des réservoirs d’une capacité égale à ce dixième, soit d’une contenance de cent cinquante tonneaux et soixante douze centièmes, et s’ils sont remplis d’eau, le Nautilus déplaçant alors quinze cent sept tonneaux, ou les pesant, sera complètement immergé.

Sur la partie supérieure de la coque, un pont fermé de barrière est accessible. Ce pont se situe entre la timonerie, qui dépasse de la coque, et un projecteur, dépassant lui aussi. Le projecteur éclaire ainsi en direction de l’avant du Nautilus et de la timonerie pour permettre une bonne vision des abysses au timonier. Le Nautilus possède aussi un canot qui lui est accroché par des boulons. En dévissant les boulons, le canot remonte à la surface. Le Nautilus revient ensuite jusqu’au canot pour que celui-ci se raccroche au sous-marin. Sur les deux côtés il y a de grandes fenêtres circulaires.

L’agencement interne[modifier]

Le salon du Nautilus

Si vous à pied de la tige au milieu du navire , les 7,5 premiers mètres sont un réservoir pour stocker l’air. Derrière lui est une cabine de longueur de 2,5 mètres, dans laquelle vivait le professeur Aronnax. Elle est suivie par la longueur la cabine du capitaine de 5 mètres. Cabine du capitaine est décrit comme une pièce dure, les meubles dont il seulement un lit de fer, un bureau, quelques chaises et un lavabo. [20]

Les cloisons étanches séparées de leur salon. [20] Ceci est une salle spacieuse, qui a 10 mètres de long, 6 de large par 5 de haut. Pour ornement plafond à motifs, dans l’esprit des voûtes mauresques, cachant l’ampoule puissante. Le capitaine Nemo donnait là un véritable musée d’art et de dons de la nature. Les murs sont couverts de papier peint tissé strictes. Environ 30 photos dans des cadres identiques, séparés les uns des autres avec des boucliers, chevalier armure , ornent les murs. Parmi les maîtres sont: Raphaël , Leonardo da Kamp , Troyon , Meson , Daubigny , et le travail de la mode à l’époque il n’y a pas de maîtres, tels que décrits séparément. Le mur entre les portes est un grand harmonium , qui de nombreux autres. Les virages à haute socles en marbre installées plusieurs exemplaires en bronze de sculptures antiques. À côté des œuvres d’art du côté par les œuvres côté de la nature, représentée par les algues, les coquillages et autres cadeaux de la flore et la faune océanique. Dans le compartiment central du géant tridakny fontaine, éclairée par en dessous par l’électricité. Les bords de la coquille délicatement dentelées, et son diamètre est d’environ 2 mètres. Autour de l’évier dans la boutique élégantes fenêtres, encadrée dans le cuivre, sont situés sur les classes et étiquetées objets rares des eaux océaniques. [25]

La bibliothèque

Après la berline et la cloison étanche est situé seconde place de la bibliothèque (aussi un fumoir), cinq mètres de longueur. Le long des murs de la salle équipée d’étagères noires en palissandre arbre avec le bronze des incrustations , occupant tout l’espace du sol au plafond. Plusieurs armoires sont installées loin de la gamme des canapés solides, recouverts de canapés en cuir brun sont disposées près du stand d’éclairage portatifs pour les livres. Dans le milieu de la bibliothèque a une grande table. Sur le plafond de 4 lampes en verre dépoli, et le plafond décoré de stuc . Bibliothèque « Nautilus » a 20 mille volumes. [25]

Suivant est la salle à manger, 5 mètres, décorées et meublées dans un style strict. Aux deux extrémités de la salle à manger se tenir debout en chêne postavtsy marqueterie d’ébène , sur leurs étagères avec des bords ondulés et des casseroles ensemble de coûteuses en Chine , la porcelaine , de cristal et d’argent . Chambres dans le milieu de la table est mise. Pour adoucir les plafonniers lumière utilisée peinture du plafond fine. [25]

Pour la cloison étanche est troisième d’une petite pièce dans laquelle vous avez installé l’échelle menant au bateau. Ensuite vient une autre cabine 2 mètres de long (en ses amies a vécu professeur – son serviteur et son Conseil, Ned Land attaquant), et a suivi son cuisine longueur de 3 mètres, situé entre les deux garde-manger spacieuse. Près de la cuisine se trouve une salle de bains avec robinets d’eau chaude et froide. Voici un marin cabine, longueur de 5 mètres.

Le quatrième cloison étanche sépare le cockpit de la salle des machines , ce qui est de vingt mètres de long et bien éclairée. La chambre se compose de deux moitiés: la première est la batterie, la production d’électricité, la seconde – les machines, le navire vis rotative. [20]

Si on ne considère que le coût du logement et des équipements, le « Nautilus » au moment de sa création, valait environ deux millions de francs , et avec les collections et les œuvres d’art conservées en elle -. au moins quatre ou cinq millions de francs [17]

Le Nautilus dans Vingt mille lieues sous les mers[modifier]

Le Nautilus apparaît sur les premières pages du roman et montre presque immédiatement sa performance de conduite incroyable, en avance sur tous les systèmes de navires existants. Au début, tout le monde pense que cet animal : car il est d’abord pris pour un gigantesque cétacé ( narvals ), puis pour un calmar géant . [19] Peu de temps après l’accident de son côté obtenir trois passagers – Aronnax professeur, son Conseil serviteur, et harponneur Ned Land. Ils reconnaissent et le nom du navire, et le « Nautilus » montre bientôt les possibilités. [26]

Alors merci à lui, le héros pouvait voir la vie de la mer.

Profondeurs de la mer était magnifiquement éclairée dans un rayon d’un mile de la « Nautilus ». Un spectacle merveilleux! Quel est digne de sa plume pour décrire! Quelle brosse peut représenter toute la tendresse d’une palette de couleurs, le jeu des rayons de lumière dans les eaux claires, allant de couches les plus profondes à la surface de l’océan! [21]

Par la suite, l’auteur décrit à plusieurs reprises son admiration pour les habitants des profondeurs de leur environnement naturel. Dans la mer des Sargasses « Nautilus » de plonger à une profondeur de 16 km, sans aucun dommage. [27]

« Nautilus » glissé dans les profondeurs sans fond, malgré l’énorme pression de l’environnement. J’ai senti le craquement du plaquage de fer de la serre des navires, des entretoises en courbée comme les tremblements de la cloison, comme les fenêtres de la cabine semblait se plier vers l’intérieur sous la pression de l’eau. Si notre navire n’avait pas la résistance de l’acier, selon les mots de son commandant, il serait certainement aplati! [28]

 

Dans la glace près du pôle Sud [1]

Après les héros de la « Nautilus » faire une campagne sous la glace pour le pôle Sud , le site qui est une petite île, et Nemo mis sur le poteau du drapeau.

I, le capitaine Nemo, Mars 21 1868 atteint le pôle Sud, un des degrés de 90 m de latitude sud, et prit possession de cette partie du globe, égale à un sixième de tous les continents connus. [29]

«Nautilus» a contribué à son capitaine pour faire de nombreuses découvertes, c’est grâce à lui Nemo a ouvert un tunnel sous la isthme de Suez , [30] a révélé le secret de la mort de La Pérouse , [31] a pu examiner un certain nombre de grottes sous-marines et a trouvé l’Atlantide . [32]

Dans le même temps, « Nautilus » se révèle comme un navire de guerre. Au début du roman évoque sa rencontre fortuite avec un navire à passagers, quand le bélier a frappé cinq centimètres d’acier avec une telle facilité que le navire n’est ressentie que comme une légère poussée. Après cet incident, les journaux commencent à blâmer les « narwal géant» (pour qui d’abord pris « Nautilus ») dans la mort de chaque navire disparu. [19] Mais dans la seconde moitié du Aronnaks roman et ses compagnons ont pu assister à la capacité de combat du navire. Le premier puits des paramètres dans le roman, lutter contre l’utilisation « Nautilus » est très inhabituel: Nemo qu’il utilise pour tuer les essaims des cachalots .

 

Le Nautilus à côté d’un navire en perdition

Oh, et il a été le même combat! Même Ned Land était ravi et frappa dans ses mains. «Nautilus» dans les mains du capitaine dans un harpon redoutable. Il a coupé dans ces carcasses de viande et les coupe en deux, laissant derrière lui deux morceaux de viande sanglante. Coups terribles sur son plaquage queue n’ont pas été sensibles. Carcasses Tremors puissant – rien pour lui! Après avoir détruit une baleine, il se précipite à l’autre, se tourna vers amure pour virer de bord, afin de ne pas manquer la victime, a ensuite donné l’avant, puis inverser, le naufrage, obéissant à la volonté du navigateur , en profondeur, lorsque l’animal est allé dans l’eau, de la pop derrière lui sur la surface de l’océan , était une attaque frontale ou porté un coup à l’ aile , attaqué par l’avant, arrière, hachées, tranchées ses terribles défenses ! Quel a été un massacre! Qu’est-ce bruit était au-dessus des eaux de l’océan! Qu’est-ce un coup de sifflet, un éclat râle d’animaux boivent fous! Coups puissants Vzbalamuchennye de la queue, les eaux océaniques calmes bouillante, comme dans le pot! Une heure se passa ce massacre d’Homère, où une grosse tête a été épargné. Plusieurs fois, rejoignant les rangs des dix à douze animaux, des cachalots à l’offensive, en essayant d’écraser vos carcasses de navires. Gaping bouche à pleines dents, les yeux terribles d’animaux, se précipita à travers les fenêtres, a furieuse de Ned Land. Il combla grand-maudire, en les menaçant avec son poing. Les cachalots dents creusées dans le plaquage de fer du véhicule sous-marin comme une morsure de chien à la gorge chassaient le sanglier . Mais le «Nautilus», la volonté du barreur, qui les ont attirés à lui dans la profondeur, puis extrait à l’eau de surface, malgré le grand poids et puissante adhérence des animaux. [33]

En outre, «Nautilus», se montre comme une « arme de représailles », et si dans un seul chapitre fait allusion dans sa bataille avec la frégate (dans ce cas est mortellement blessé par un des marins), [22] , près de la fin du roman décrit comment il se noie attaquer son véhicule militaire.

Pendant ce temps, la vitesse du « Nautilus » a nettement augmenté. Il n’a donc courir. Son corps tremblait. Et puis j’ai pleuré, « Nautilus » a frappé, mais pas aussi forte que l’on pourrait s’attendre. J’ai senti le mouvement de pénétration des défenses en acier. J’ai entendu le cliquetis et le hochet. « Nautilus » par la puissance de son désir de faire avancer traversé la coque d’un navire aussi facilement que d’une aiguille maître voile à travers la toile . [34]

A la fin du roman, dans la fuite des passagers, « Nautilus » tombe dans un tourbillon énorme – Maelström , mais il s’avère que plus tard dans le roman  » Mysterious Island . « , et a réussi à sortir de celle-ci [16] [35]

La fin du Nautilus[modifier]

Le Nautilus dans la grotte de l’île Lincoln

Au fil du temps, tous les satellites, et le capitaine Nemo était décédé, qui avait 60 ans, a été laissé seul avec son navire. Il a pris le «Nautilus» dans l’un des ports, qui sont parfois servi sa place de stationnement. Ce port était sous l’île Lincoln. Six ans plus tard, quand le ballon s’est écrasé sur une île avec des voyageurs des États-Unis, ont essayé de nager loin Nemo, mais il s’est avéré que sous l’action des forces volcaniques de basalte se leva, et le navire ne pouvait pas sortir de grottes sous-marines. «Nautilus» a été enfermé. [16] Quelques années plus tard, Nemo, sentant sa mort, causée par câble à la « Nautilus » des colons. Après avoir parlé avec eux, il leur a présenté sa dernière demande:

… Je veux que le « Nautilus » soit ma tombe. Ce sera mon cercueil. Tous mes amis sont enterrés au fond de la mer, et je veux rester là [37].

Les colons ont promis de satisfaire sa demande et après la mort de Nemo bien fermés au « Nautilus » toutes les portes et trappes, puis ouvert à l’arrière, vanne de purge à la fois. 16 octobre 1868 dans une grotte Dakkar « Nautilus » submergée toujours, et Mars 9, 1869, après une éruption prolongée du mont Franklin, les parois de la grotte s’est effondrée et inondées dans de la montagne d’eau d’évacuation et une grande partie de l’île ont été détruits. « Nautilus » a finalement été ensevelis sous les décombres de pierres [38].

Inexactitudes et erreurs dans la description du Nautilus[modifier]

La description du Nautilus par Jules Verne comporte un certain nombre d’inexactitudes.

Les erreurs dans la chronologie[modifier]

Il est impossible de déterminer avec précision l’année de la construction du navire. Aronnaks Professeur trouver dans un livre de bibliothèque par Joseph Bertrand navire « Fondements de l’astronomie», publié en 1865, d’où il conclut que le « Nautilus » ne s’est pas construite avant 1865 [25].

Dans le roman « L’Île Mystérieuse » stipule que « Nautilus » a été construit après la révolte des Cipayes, qui est, jusqu’en 1859. [16], et par le temps de contact des colons sur l’île de Nemo était là pour 6 ans. Il s’avère que le « Nautilus » obtenu « désarmé » dès 1859, et en 1865 il a été emprisonné dans une caverne. D’où il suit que le bateau a navigué dans l’océan moins d’un an, et le Nemo a passé sur elle que 9 ans, qui est beaucoup moins de 30 ans, qu’il a appelé l’ingénieur Cyrus Smith [37].

Ces contradictions apparentes sont causés par le fait que dans les romans, qui présentait «Nautilus», sont fondamentalement pas d’accord sur les dates:

Le «20,000 Leagues Under the Sea » a lieu dans l’année 1867-1868, le capitaine Nemo – dans son premier, l’équipage du «Nautilus» est encore assez grande. Dans « L’île mystérieuse » se situe dans le même temps – en 1865-1869, respectivement. Mais le capitaine Nemo – un vieil homme (à la fin du livre pour lui d’environ 70 ans), tous les amis morts depuis longtemps le sien, « Nautilus » pris au piège dans une grotte. Dans ce cas, Smith se réfère à l’intrigue de « 20 000 lieues sous les mers » en tant que de longue date, bien connue histoire. Fait intéressant, dans l’histoire de la vie du capitaine Nemo, racontée par les colons, sont les dates correspondant à la « 20,000 Leagues Under the Sea », même si elles sont contraires à la chronologie du livre. Les contradictions peuvent être retirés que dans une seule manière – « déplacement » roman seconde histoire à l’avenir depuis 30 ans. Mais alors il devient impossible de se lier à une guerre civile aux États-Unis.

Les erreurs techniques et les mauvais calculs explicites[modifier]

Le professeur Aronax premier hors de la « Nautilus » hors, puis décrit ce que la surface du bâtiment est recouvert de plaques métalliques, empilés comme des tuiles, ce qui en un coup d’oeil à distance comme des écailles. [21] Toutefois, lorsque son premier hit sur le « Nautilus » [39] et à plusieurs reprises par la suite, il le décrit comme une surface parfaitement lisse, ce qui provoque le navire comme une baleine. [14] [31] Centrale électrique « Nautilus » est toujours une fiction – même maintenant, il n’y a pas de piles ou des batteries de taille convenable, la masse et de capacité suffisante pour permettre au « Nautilus » est réalisé dans le livre des vols de longue durée sans ravitaillement et le rechargement. Décrite par l’auteur sur les batteries au sodium n’est en principe pas capable de faire. Ce n’est pas le seul exemple d’une appareils trop puissants électriques dans les romans de Jules Verne, par exemple, dans le roman « Cinq semaines en ballon », l’un des éléments de structure des centrales dans le monde – une batterie électrique en tant que paramètres irréalistes, et même aujourd’hui la capacité de la batterie d’un tel ballon ne serait pas juste laïcs. Auteur surestimé la force du corps « Nautilus ». Décrit dans « 20,000 Leagues Under eau » descente à une profondeur de plusieurs kilomètres aurait inévitablement conduire à la destruction de la «Nautilus» – l’affaire ne pouvait pas résister à l’eau une telle pression, peu importe comment il était fort, pour ne pas mentionner le feu des projecteurs, des hublots de la cabine et la visualisation de grandes fenêtres dans la cabine du navire. Dans la description des lieux mentionnés intérieure du navire de luxe avec la collection du musée impressionnant de merveilles marines, avec une fontaine et des statues dans le milieu sur des échasses. Mentionné comme une bibliothèque riche en précieux Ware étagères, une collection de peintures dans des cadres sur les murs. Cela n’empêche pas le capitaine Nemo organiser la bataille avec les cachalots et les navires ram surface d’attaque, bien que les chocs, les banques et le tangage, sont inévitables lors de ces manœuvres nuirait à fond toutes ces valeurs. Jules Verne gracieusement éludé la question de l’approvisionnement, « Nautilus » de haute qualité de fabrication qui nécessitent fournitures qualifiés, à moins équipé de base rivage avec un personnel qualifié. Pendant la « tour » Nautilus « , » Le capitaine Nemo mentionne de tels matériaux (y compris la nourriture, des vêtements, des tissus de haute qualité, cigares), comme produit de la «mer» de matériaux que les résout censément la question. En fait, même si nous supposons que le nombre de magasins (par exemple, des balles électriques) sont stockés depuis l’époque de la construction du navire, la plupart des matières consommables ne peuvent simplement pas être obtenu dans les conditions décrites. Par exemple, vous pouvez remplacer les fibres végétales ou de la laine sur les algues dans la production de tissus, mais cela ne nie pas la nécessité pour la filature, le tissage, la teinture de l’industrie. Placez tout ce dont vous avez besoin, si seulement pour le cycle de fabrication de l’équipement sur le « Nautilus » est impossible, pour ne pas mentionner le fait que d’y travailler plus efficacement. Sans système de récupération de l’air, même avec une ventilation périodiques, la vie sur le « Nautilus » très bientôt serait insupportable – conseil sur le tabagisme, immédiatement stocké des vivres et utilisé de l’équipement, y compris les algues, les poissons et filets de pêche. Il ya une cuisine et des équipes de la cabine, à l’hygiène des dispositifs mentionnés seulement un seul lavabo et baignoire. En outre, les odeurs Release Yourself batteries. Pour le contrôle de l’équipage du navire l’exige. Après avoir réduit la taille de l’équipage en dessous d’une certaine limite de contrôle « Nautilus » serait extrêmement difficile au premier abord, puis complètement impossible (moins de gens, plus les responsabilités dans le même temps aurait pour effectuer chacune d’entre elles). Le capitaine Nemo a couru «Nautilus» seulement, au moins pendant le dernier voyage à l’océan Pacifique, avant de diriger le navire pour se garer dans une grotte. Le niveau d’automatisation qui permet à une personne dans le besoin, en outre, repos périodique, afin de gérer efficacement un tel métier vaste et complexe, et non réalisés à ce jour.

La critique[modifier]

En 1968, le numéro 3 de la revue « Science et Vie » a publié un article de l’ingénieur et constructeur naval A. Grossman, « confortable » Nautilus « et fermez la » Panthère « . » L’auteur fait valoir que le « Nautilus » est en réalité impossible, comme ne serait pas capable de plonger sous l’eau et le poids du navire lourdement surévalué. En tant qu’ingénieur raisons invoquées est que le navire est trop de chambres spacieuses avec un minimum d’équipement, en raison de ce que le « Nautilus » à un volume élevé trop facile et, selon le principe d’Archimède, sera toujours flotter à la surface. Ses déclarations semblait tellement convaincre le public que l’article publié dans ses pages un certain nombre de publications. Même quand en 1971, le numéro 5 de la même revue, a publié un article par l’ingénieur G. Nadyarnyh « Dans les profondeurs de l’océan », où une note accompagnant le texte de l’auteur souligne le caractère fallacieux de l’article Grossmann, la plupart des lecteurs de cette communication est tout simplement pas attention.

Pour réfuter les articles Grossman est assez simple. Le volume de la cuve est de 1.500 m ³, c’est-à « Nautilus » est capable de couler sous l’eau, son poids doit être d’au moins 1500 m. Le poids total du navire se compose des éléments suivants:

L’eau de ballast – environ 150 tonnes (150,72 tonnes). Boîtier Externe – 400 m (394,96 m). Le corps intérieur – environ 400 m (l’épaisseur de ses murs dans le roman n’est pas spécifié, mais de les rendre plus minces parois du réservoir externe n’a pas de sens). Kiel – environ 60 tonnes (62T). Cloisons, cadres, accessoires, l’arbre d’hélice, de combattre le brosme, le pont de cale – 150 t. Total à « Nautilus » est capable de plonger sous l’eau, ses machines, des équipements, des batteries, l’environnement, un lest solide, et devrait donc peser environ 340 tonnes, ce qui est tout à fait réalisable dans la pratique. Facilité d’armoires en bois et certains équipements peuvent facilement compensée par le lest lourd. Par exemple, si vous prenez du poids à 240 tonnes, et le matériel de prendre du plomb, alors il faudrait un volume d’environ 21m ³, ce qui représente 1,4% du navire au total. [40]

Autres sous-marins dans les œuvres de Jules Verne[modifier]

Horrible dans un autre roman de Jules Verne

Posle « 20,000 Leagues Under the Sea » et « Mysterious Island » (1875) J. Verne pendant une longue période ne sont pas retournés au sous-marin. Enfin, en 1896, son roman « Le drapeau de la patrie » qui présentait un sous-marin. Comme le «Nautilus», son arme principale est le bélier, mais la taille est beaucoup plus petit, des périscopes équipée, et une source d’énergie est la batterie. Une description plus détaillée du sous-marin dans le roman est absent. Commandement, le capitaine at-il pas noble, Nemo, et Cœur Karradzhe – un méchant qui utilise un sous-marin d’attaque de pirates sur les navires. Plus tard dans le roman pendant un moment il y a une autre sous-marin – « Sword », et après une description de la bataille de deux sous-marins, qui se termine par la défaite de «l’épée». A la fin du roman et de son Cœur Karradzhe sous-marin (qui est par ailleurs un « remorqueur » et non appelé) tués [41].

En 1904, son roman « Le Seigneur du monde», où il est «terrible» – une machine capable de voyager par avion, par terre, mer et sous l’eau. « Horrible » a un corps métallique en forme de fuseau longueur de 10 mètres. Le logement est assez étroite, et le nez est pointu plus fortement que la poupe. Conduire le véhicule sur le terrain sont à quatre branches avec pneus de roues d’épaisseur, et pour le mouvement de l’eau sont les deux turbines Parsons. Pour l’orientation de l’eau à l’arc monté périscope. Pour le mouvement de l’air sont les ailes, qui sont habituellement pressés sur les côtés et redresser qu’en vol. La source d’énergie est puissante batteries électriques. Le capitaine du «Terrible» est un Robur, paru plus tôt dans le roman « Robur le Conquérant». A la fin du roman, il s’imagine au Seigneur de la Nature envoie une voiture dans le centre de la tempête, où le « Terrible » coups de foudre et il tombe dans l’océan [42].

Les deux romans ont été publiés en grand nombre et ont été traduits en plusieurs langues, mais ils n’ont jamais atteint la popularité de «20,000 Leagues Under the Sea » et « Mysterious Island » et « Terrible » et il n’y avait qu’un seul des fictions de l’écrivain.

Les aspects culturels[modifier]

Personnages du le roman 20.000 lieues sous les mers observant la vie sous-marine [1]

«Nautilus» serait la voiture habituelle fantastiques du roman, si ce n’est pour le capitaine Nemo. Nemo a été initialement conçu comme un révolutionnaire polonais, calmement couler les navires russes, et le « Nautilus » est une machine à tuer. Cependant, le Etzel était contre un tel personnage et a fait l’écrivain complètement refaire. En raison de l’Nemo pôle a été indien, de l’assassin-vengeur -. Un rebelle, un combattant à l’agression, ainsi que des scientifiques marins [10] Au fil du temps de nombreuses qualités du capitaine Nemo est devenue involontairement céder, et de son navire. « Nautilus » a cessé d’être une machine à tuer, et était considéré non seulement comme un sous-marin à haute vitesse, qui est soumis à toutes les profondeurs, mais aussi une arme de représailles, un laboratoire de recherche sous-marine et la demeure d’un ermite. Avec l’aide de Nemo, non seulement a coulé des navires des agresseurs, mais aussi aidé les opprimés, et a étudié la vie marine. Le célèbre explorateur de la mer. Jacques-Yves Cousteau se comparait souvent aux héros du roman:

Grâce à la Mer Rouge est un navire spécialement équipé. Dans son arc dans le bas de la cabine est aménagée avec grands hublots sous-marine. Assis là, vous pouvez l’enquête de la colonne d’eau par des dizaines de mètres autour. Il ya un troupeau de dauphins. Ils nagent juste avant la vperegonki fenêtres avec le navire, et la caméra capte leur subtile des mouvements gracieux. Ne pas rappeler le livre de Jules Verne « 20 000 lieues sous les mers », dont nous avons tous pris un grand intérêt dans l’enfance. Il compagnons du capitaine Nemo de la même manière ont été ses observations sur les résidents sous-marine [43].

«Calypso» est allé à des géants, et des observateurs sous-marins a révélé ses yeux un spectacle insolite: des animaux énormes nagé dans le nez du bateau, le maintien d’une vitesse de mouvements à peine perceptibles. Une fois encore, les oreilles des observateurs, lorgnant sur les fenêtres, comme Ned Land et professeur de Aronnaksu zhyulvernovskogo « Nautilus », filet de voix a attiré l’léviathans [43].

Toujours en faveur de la «Nautilus» et le titre du roman, qui était à l’origine d’être appelé «Capitaine Nemo» comme l’axe principal de celui-ci a été placé sur l’image du capitaine. Mais Verne dès changé son nom pour « 20 000 lieues sous les mers », et il a joué un rôle important. Ainsi, le nom même attire les lecteurs dans les images subconscientes de la mer profonde, le navire lui-même, et alors seulement – le capitaine. En partie à cause de cela, avec la popularité du roman, «Nautilus» et est devenu l’un des sous-marins les plus célèbres dans le monde.

Le Nautilus dans les œuvres d’autres auteurs[modifier]

En années 1993-2002. B. Holbayn émis une série de livres sous le titre « Enfants du Capitaine Nemo » (autre nom – « Opération Nautilus »). L’action déplacé au roman en 1916, pendant la Première Guerre mondiale, et le personnage principal – un jeune fils, le prince Dakkar nommé Michael. L’action principale se déroule à bord du «Nautilus», mais le navire lui-même, à en juger par le peu de références à sa structure, est très différent d’un navire des romans de Jules Verne. Ainsi, à Holbayna « Nautilus » est équipée d’épiscopes, qui en 1869 n’existaient pas, projecteur placé sur l’arc, et sont utilisés comme des moteurs de moteurs à combustion interne (dans le roman plusieurs fois renvoyé à la pompe de carburant). Dans la série total comprend 12 livres, dont le premier (« Abandoned Island », « Girl from Atlantis ») a été traduit en russe.

Le Nautilus dans le cinéma et la télévision[modifier]

Le Nautilus dans le film Vingt mille lieues sous les mers (1954)

Compartiment avant, du «Nautilus» dans le film «20,000 Leagues Under the Sea » 1916

Compartiment avant, «Nautilus» dans le film «20,000 Leagues Under the Sea » 1916 « Nautilus » est présent dans tous les films et la télévision, filmé travaux pertinents de Jules Verne ou prises sur leurs motivations ou avec la participation de leurs héros. En particulier, le «Nautilus» peut être vu dans les films et la télévision suivantes:

  • «20,000 Leagues Under the Sea » (1907, 1916, 1927, 1952, 1954, 1997, 1997 (II), 2007)
  • « Mysterious Island » (1902, 1921, 1929, 1941, 1951, 1961, 1963, 1973, 1975, 1995, 2001, 2005)
  • « Le capitaine Nemo et la ville sous-marine » (1969)
  • « Capitaine Nemo » (1975)
  • « Le retour du capitaine Nemo » (1978)
  • « Nemo » (1984)
  • « La Ligue des Gentlemen Extraordinaires» (2003)
  • « 30 000 lieues sous les mers » (2007)

Dans la plupart des films, « Nautilus » est très différent de la description dans le livre. Extérieurement, il ressemble souvent à un gros poisson, mais dans certains films (comme « Capitaine Nemo »), il ressemble à un sous-marin moderne, et même équipé d’un périscope. Aussi, il ya une grande variation dans la taille de très modestes au colossale. Par exemple, en 1954 le film «20,000 Leagues Under the Sea », sa longueur est de 32 mètres (de la longueur de sa maquette grandeur nature), et la «Ligue des Gentlemen Extraordinaires » – quelques centaines de mètres. Souvent, en changeant le type d’attaque et de «Nautilus», par exemple, «20 000 lieues sous les mers » (1954), elle ne passe pas à travers la coque du navire, et fait le trou dans le fond avec des ailettes – « Saw » mis à l’avant, et dans les mêmes film de 1916 « Nautilus » est armé de torpilles.

Je dois dire que dans certains des films ci-dessus « Nautilus » en général, a presque rien de commun avec la description de Jules Verne. Par exemple, en 2007 publié film « 30 000 lieues sous les mers » où le « Nautilus » – un fantastique taille énorme sous-marin, ressemble plus à un sous-marin soviétique du projet 941. Environ la même chose dans le film ci-dessus « La Ligue des Gentlemen Extraordinaires» (2003), «Nautilus» ressemble beaucoup à un sous-marin atomique énorme, capable d’une vitesse vertigineuse et est armé avec des missiles balistiques.

Aussi navire avec le nom « Nautilus » apparaît dans la série télévisée « Star Trek: Voyager » épisode «Année de l’enfer» (série 8 et 9 de la 4e saison).

En Janvier 2009, directeur McG a annoncé son intention de faire un film basé sur le roman « 20.000 lieues sous les mers » pour les photos studio de Walt Disney. Selon lui, le film est sur la vie des jeunes Dakkar Prince et la création de «Nautilus». [44] [45] Bientôt, cependant, a gelé le studio de projet, et en 2010, est de retour, cette fois-ci offrant un directeur d’enquête de David Fincher. A également indiqué son intention de faire une adaptation cinématographique de la liberté « 20 000 lieues sous les mers » et le studio Fox a déclaré [46].

Le Nautilus dans l’animation[modifier]

Comme dans les films, animations, « Nautilus » est parfois très différente de sa description dans le roman, comme dans l’apparence et la taille. Par exemple, dans l’anime «Nadia: Le Secret de l’Eau Bleue», il ressemble plus à un navire futuriste de l’avenir, et les dimensions littéraire que l’horaire initial de plusieurs.

Le Nautilus apparaît dans les caricatures et dessins animés suivants:

  • «Brandy famille sur l’île mystérieuse » (1972)
  • «20,000 Leagues Under the Sea » (1972, 1975, 2002)
  • « Mysterious Island » (1975, 2001)
  • « Aventures sous-marine du capitaine Nemo » (1975)
  • «La bataille de la mer grande: 20 000 miles de l’Amour » (1981)
  • «Damu Toraburu Tondekeman» (1990)
  • «Nadia: Le Secret de l’Eau Bleue» (1990-1991)
  • «Brouillard Willy 2″ (1993)
  • «Grévistes Space » (1995)
  • « Johnny Bravo » (2000)

Le Nautilus dans les jeux vidéo[modifier]

En 1984, le logiciel Synapse publié jeu «Nautilus» où la tâche d’un joueur est de gérer les pieuvres sous-marin et repousser les attaques et les navires [47].

En 1988, il a publié un jeu vidéo Coktel Vision « 20 000 Lieues sous les Mers», où l’apparition de «Nautilus» a été copié à partir des sous-marins modernes, et l’intérieur conçu dans le genre du steampunk [48].

10 octobre 2002 Cryo Interactive Entertainment a sorti le jeu «mondes de Jules Verne: Le Mystère du Nautilus», où toute l’action principale se déroule à l’intérieur du «Nautilus» [49].

3 novembre 2004 The Adventure Company a libéré le jeu « Retour sur l’Ile Mystérieuse », où « Nautilus », fondamentalement, est représentée en conformité avec sa description dans le roman [50].

En 2007, 1C a sorti un jeu de « Rex et le capitaine Nemo», où l’image du «Nautilus» est emprunté à partir de coquilles de mollusques éponyme [51].

Il y a une modification du jeu «Far Cry» (2004), intitulé « Mysterious Island » par le roman de Jules Verne [52].

Il est à noter que dans le livre publié en 2006, en jouant « AIM 2: Clan Wars » apparaît Mechanoids, qui est appelé Nautilus. Cependant, la plupart de Nautilus joueur n’a pas le voir.

Autres[modifier]

En 1970, le nom « Nautilus » série obtient le sport automobile simulateur qui a révolutionné la méthode de formation de culturisme [53].

Le célèbre groupe de rock « Nautilus Pompilius » bien qu’il ait été nommé en l’honneur du mollusque Nautilus Nautilus Pompilius, mais son nom est si souvent associée à la littérature «Nautilus», où le soliste – Vyacheslav Butusov, souvent appelé le capitaine Nemo [54].

En 2003 RoverComputers nommé en l’honneur du sous-marin fantastique sa nouvelle série d’ordinateurs portables – RoverBook Nautilus. Président de la compagnie a commenté sur le titre comme suit:

A une époque, les idées présentées dans le roman de Jules Verne « 20 000 lieues sous les mers », étaient vraiment révolutionnaires. Et à bien des égards le sont encore aujourd’hui [55].

En outre, le nom de «Nautilus» est conçue pour la NASA espace résidentiel unité BA 330 (lancement de son premier espace est prévu pour 2014).

«Nautilus» et les sous-marins réels[modifier]

Longueur du «Nautilus» était de 70 mètres, largeur maximale – huit pieds, le déplacement – un demi millier de tonnes. Son arme principale – une fermeté d’acier ram grande qui peut pénétrer la coque d’un navire. Il était capable de descendre à une profondeur de 16.000 pieds et accéléré sous l’eau jusqu’à 50 noeuds. Et cela à un moment où véritable sous-marin pouvait voyager sous l’eau à des vitesses de plus de 5 noeuds et plonger à une profondeur de pas plus de 25 mètres. En outre, aucun des construits ou conçus dans les dessins que véritable sous-marin n’a pas eu un tel puissant, presque inépuisables «carburant», qui était équipé d’«Nautilus» – électricité. L’électricité prévoit expédier à tous: il tourne la vis et entraîne le compresseur, et illumine les profondeurs de l’intérieur de l’océan, et permet au cuisinier pour obtenir de l’eau distillée [20] La construction du navire comprend tous les éléments de base de sous-marins, il a utilisé le plus moderne, le. cette époque, les idées et les développements, et la méthode d’immersion à l’aide de la hydravions sont largement utilisés par tous les sous-marins modernes. «Nautilus» a même réussi à se sortir d’un bain à remous énormes, et sa fiabilité est le fait que tout le roman ne mentionne jamais aucun problème technique. [2] Pour son époque, «Nautilus» était un navire parfait sous l’eau. Nemo se laissait même un jour fait remarquer:

… Dans le domaine de la construction navale nos contemporains sont allés loin de l’ancienne. Pendant plusieurs siècles il a fallu ouvrir le couple puissance mécanique! Qui sait, vous serez là, même après cent ans, le second «Nautilus»! Des progrès ont été lents, M. Aronnaks [30]

Qu’est-ce Aronnaks répondu:

Justement, votre vaisseau est en avance sur son temps dans un siècle, sinon des siècles [30]

Cependant, peu après le roman le progrès dans le développement de la flotte sous-marine a commencé à prendre de la vitesse. Sortie de sous-marins a augmenté, et leur construction a commencé de plus en plus raffiné. Déjà en 1886 en Angleterre vers le bas pour le sous-marin d’eau avec un moteur électrique qui tire son nom en l’honneur du navire du capitaine Nemo -. «Nautilus» [56] En Juin 1904 dans la revue «Popular Mechanics» Verne a publié un article «L’avenir du sous-marin », où Il a fait valoir que l’avenir de mini sous-marins, comme la recherche de sources jets sous-marins super-puissance et la construction d’un grand navire, capable de résister à la pression à une profondeur considérables ont été, dans l’opinion de l’écrivain, une tâche impossible.

Dans l’avenir, le bateau sera moins qu’aujourd’hui, et gérera une ou deux personnes [57].

SSN-571 «Nautilus» Mais dans les années 1930. sous-marins atteindre la taille de la «Nautilus». En 1931, il fait la première tentative dans le monde de nager au Pôle Nord dans un sous-marin. Elle transportait les régions polaires explorateurs G. Wilkins, et H. Sverdrup sur un sous-marin S-12, converti de militaires à la recherche et a reçu le nom de «Nautilus». 28 août bateau a atteint un record pour les navires de la latitude – 82 °C. sh. mais en raison de conditions de glace défavorables, Septembre 6 a été contraint de rebrousser chemin. Néanmoins, cette campagne a confirmé l’utilisation de sous-marins pour la recherche ainsi que lors de la natation ont été recueillies des données précieuses sur la topographie de l’océan Arctique [58]. En 1954, les Etats-Unis lance la premier sous-marin nucléaire – SSN-571. Un réacteur nucléaire pour sous-marins est devenue une puissante source quasi inépuisable d’énergie, ce qui les rend totalement autonome. SSN-571 représentait le plus avancé à cette époque, un sous-marin, pour lequel il reçut le nom de «Nautilus». À l’été 1958, dans le secret haute, le SSN-571 «Nautilus» fait une campagne sous la glace polaire et le 3 août à 23.15, il a été la première fois dans l’histoire de la marine pôle Nord. Plus tard, elle fera un certain nombre de grandes campagnes qui ont reçu la gloire encore plus de son nom. 17 mars 1959, exactement après que la glace ’91 randonnée «Nautilus» au Pôle Sud, le SSN-578 sous-marins «Skate» a répété son succès, la pop dans le pôle Nord. Et en 1966, le sous-marin nucléaire soviétique pour la première fois dans l’histoire de tour du monde sans faire surface pour un seul voyage. [59] [60]

Incapacité des sous-marins coulent au fond de l’océan est plus que couverte bathyscaphes. Depuis Janvier 23, 1960, après ’92, après trempage « Nautilus », le scientifique suisse Jacques Piccard et le lieutenant Don Walsh, U. S. Navy (en anglais) pour submersible « Trieste » a fait une plongée d’enregistrement à une profondeur de 11 km dans la fosse des Mariannes et l’a trouvé une vie très organisée [61].

Sous-marins modernes de dépasser le tonnage « Nautilus » Verne dix fois le taux qu’ils sont presque rattrapé avec lui (le record de vitesse de sous-marins – 44,7 noeuds, mis le projet sous-marin nucléaire soviétique, 661), et leur équipage est plus d’une centaine de personnes. Ils ont également l’équipement et des armes, qui Verne ne pouvait pas demander (ou refusé, pour des raisons quelconques, pour équiper les « Nautilus »): le périscope, le sonar, installé sur la régénération de l’air, par satellite, torpilles, missiles balistiques, et bien plus encore . Si dans les années 1860-1870. construction du «Nautilus» et était considéré comme bizarre, puis après un peu plus d’un siècle, il était hors de date [3].

Toutefois, sa conception est toujours très populaire et est utilisé dans le secteur du tourisme. Ainsi en 2006 lors d’une exposition à Dubaï, la compagnie a présenté un sous-marin projet Exomos «Nautilus». L’apparition du sous-marin est aussi proche du prototype littéraire. Sa capacité d’accueil est de 10 personnes, et la profondeur maximale – 30 mètres. Le coût du sous-marin – 3 millions de dollars [62]

Gallerie[modifier]

  • Devise du Nautilus (« Mobile dans l’élément mobile »)

  • La chambre du capitaine Nemo

  • Le compartiment machine du Nautilus

  • Le Nautilus dans le détroit de Gibraltar

  • La timonerie du Nautilus

  • Nemo sur le pont du Nautilus

  • Les colons venus dans le Nautilus