tout sur Aprofime


APROFIME a été créée dans le diocèse de Goma (République Démocratique du Congo) le 12 janvier 1995.
L’association vise à autonomiser et réintégrer les filles-mères, si souvent victimes du relâchement des moeurs, des guerres, des viols. Leur statut est déplorable sur le plan social et économique. Les conséquences du Sida sont de plus en plus désastreuses et la quasi destruction de la ville de Goma depuis l’éruption en janvier 2002 du volcan Nyaragongo a considérablement accru la précarité générale de la région.

APROFIME fut lancée par le Père Michel d’Huart, Père Blanc, curé de la paroisse Notre-Dame d’Afrique à Goma. Il en est le père aumônier et est assisté par une équipe de quatre personnes : deux directrices, Sylvie BAHIZIRE et Antoinette KIMADA, un conseiller,- Celedonio -Allende Garcia de la paroisse du Carmel et une coordinatrice, Césarine DIGIMANI.

Les résultats obtenus sont impressionnants.

A ce jour et depuis son lancement APROFIME compte :

  • 87 filles-mères préparées et mariées religieusement
  • 750 formations professionnelles accomplies et/ou réinsertions
  • Une vingtaine d’enfants de filles-mères scolarisés en 2000 (aujourd’hui 13 scolarisations en cours alors que 45 seraient requises)
  • 1800 filles en situation particulièrement difficile soit réconciliées avec leurs familles, soit intégrées dans des familles d’accueil mais toujours dépendantes et devant être assistées
  • 65 finalistes travaillant dans treize ateliers de couture (trente devraient être possible) autonomes

    En outre, grâce à la création d’une champignonnière et d’un centre de cultures maraîchères une formation a pu être donnée à 85 filles.

APROFIME veut renforcer les moyens des 13 ateliers ci-dessus pour des filles-mères ayant été formées auprès de l’association. Il s’agira d’acheter et de renouveler le matériel tout en s’approvisionnant en tissus, il est également question d’offrir des petits crédits a une quinzaine de filles-mères pour soutenir leur activité d’indépendantes. S’ajoute à cela l’achat d’équipement spécial pour handicapé(e)s et les besoins engendrés par la scolarisation d’enfants de six à dix ans.(Le coût est de 7 dollars par enfant par trimestre)

Le soutien que nous accorde la Fondation Sœur Emmanuelle par l’octroi d’un prix de 25.000 € permettra de réaliser cet objectif.

Publicités