Peter Jackson

Peter Jackson

.

Peter Jackson

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Peter Jackson au Comic-Con International de San-Diego en 2009

Données clés
Nom de naissance Peter Robert Jackson
Naissance 31 octobre 1961 (49 ans)
Drapeau : Nouvelle-Zélande Pukerua Bay, North Island (Nouvelle-Zélande)
Nationalité Drapeau : Nouvelle-Zélande Néo-zélandaise
Profession Réalisateur
Producteur de cinéma
Scénariste
Films notables Bad Taste
Braindead
Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l’anneau
Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours
Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi
King Kong

Sir Peter Robert Jackson, KNZM, est un réalisateur, un producteur et un scénariste néo-zélandais, né le 31 octobre 1961 à Pukerua Bay, North Island (Nouvelle-Zélande). Il est surtout connu pour avoir réalisé la trilogie du Seigneur des anneaux, d’après l’œuvre de J. R. R. Tolkien, et un remake de King Kong, il est également le producteur de District 9 qui eut du succès. Il est marié à la productrice et scénariste Fran Walsh. Il est désormais à la tête de la prochaine pré-quelle du Seigneur des anneaux : Bilbo le Hobbit.

Biographie[modifier]

Peter Jackson, tout juste âgé de huit ans, trouve sa vocation : avec la caméra Super 8 de ses parents, il fait ses premières armes en réalisation. Il montre déjà un attrait pour les effets spéciaux puisqu’il crée, avec peu de moyens, des trucages inspirés par ceux de Ray Harryhausen. À l’âge de neuf ans, la vision de King Kong le marque à jamais et il se sent dès lors une âme de réalisateur. À treize ans, il tourne dans le jardin familial un mini-remake de son film culte avec une figurine de King Kong, une maquette de l’Empire State Building et des petits jouets, reconstituant fidèlement la célèbre scène finale dans laquelle le gorille monstrueux livre bataille à une escadrille d’avions.

Après avoir réalisé quelques courts métrages, il obtient les subsides suffisants pour mettre en chantier son premier long métrage, Bad Taste, sorti en 1987. Il s’agit d’un film d’horreur aux accents burlesques qui raconte la venue sur Terre d’une bande d’extraterrestres anthropophages. Ce film, tourné avec ses amis durant les weekends sur une période de quatre années, deviendra culte. C’est aussi à cette époque qu’il rencontre Frances Walsh, sa future épouse et mère de ses enfants, et aussi une importante collaboratrice.

Il poursuit sur sa lancée et tourne en 1989 Meet the Feebles, une parodie érotique et « trash » qui se veut une relecture iconoclaste du Muppet Show. Le film est tourné en douze semaines dans un hangar où les gentilles marionnettes deviennent paradoxalement d’horribles individus s’adonnant à la drogue, à la corruption et au meurtre.

En 1992, Peter Jackson réalise Braindead, un film gore à l’humour décapant qui le révèle au grand public. Il s’agit d’un film de zombies aux activités sanglantes et outrancières, peuplé de morts-vivants stupides et animé de scènes de tueries qui vont devenir cultes pour les amateurs du genre. Ce film remporte le Grand Prix du festival d’Avoriaz. Cependant, pour beaucoup la réputation de Jackson semble faite et les critiques le considèrent comme un jeune réalisateur peu sérieux, capable de s’acquitter exclusivement de films d’horreur aux scènes extrêmes et à l’humour déjanté.

En 1993, il s’associe à Richard Taylor — fondateur de Weta Workshop, studio d’effets spéciaux spécialisé en prothèses et maquillages (qui avait déjà travaillé sur Meet the Feebles) — pour fonder une nouvelle division, Weta Digital, dédiée quant à elle aux effets spéciaux numériques.

En 1994, il surprend en réalisant Créatures célestes (Heavenly Creatures), un drame poétique, déchirant et onirique, inspiré d’une affaire criminelle vraie qui en son temps passionna la Nouvelle-Zélande. C’est l’histoire d’un parricide commis par deux jeunes filles dont l’une deviendra la romancière Anne Perry. Ce film obtient un Lion d’Argent au festival de Venise, récolte une moisson de prix dans divers festivals et se retrouve en nomination pour l’Oscar du meilleur scénario. Il révèle également l’actrice Kate Winslet (l’héroïne du film Titanic). Heavenly Creatures propulse Peter Jackson au rang des cinéastes respectés et prouve qu’il peut raconter des histoires plus sérieuses que celles d’un mystérieux rat, ou des dérives sexuelles de marionnettes…

En 1995, il coréalise Forgotten Silver, véritable coup de maître. Ce faux documentaire, dans l’esprit de ceux d’Orson Welles, porte sur un cinéaste néo-zélandais, Collin McKenzie, qui aurait inventé la majorité des techniques du cinéma moderne — film parlant, film en couleur, etc. — affirmations cautionnées par de nombreux témoignages. Le public y croit et se laisse berner même si McKenzie n’a jamais existé. La supercherie est officiellement révélée quelques jours plus tard et le film assure à Peter Jackson une place définitive dans le cœur des Néo-Zélandais.

Hollywood le courtise, et il signe chez Universal pour la réalisation de Fantômes contre fantômes (The Frighteners), une comédie mettant en vedette Michael J. Fox (Retour vers le futur) dans le rôle d’un chasseur de fantômes. Réticent toutefois à tourner à Hollywood, le réalisateur propose à Universal de délocaliser la production en Nouvelle-Zélande, siège de ses studios et de sa société d’effets spéciaux (et de paysages quasi-vierges au plan cinématographique), où il a l’habitude de travailler. Ces conditions sont acceptées, car Jackson fait par ailleurs la preuve que les coûts de production en seront diminués.

En cours de tournage, il reçoit plusieurs propositions des studios hollywoodiens pour d’autres projets, dont un remake de La Planète des singes, une adaptation du Seigneur des anneaux et un autre remake, celui de King Kong. Alors que la réalisation de La Planète des singes est finalement dévolue à Tim Burton, Peter Jackson prend une option sur le Seigneur des anneaux, et choisit de se consacrer à King Kong, son amour de jeunesse. Cependant, l’échec commercial de Fantômes contre fantômes, puis la sortie imminente de deux films concurrents — Godzilla de Roland Emmerich et Mon ami Joe — incitent Universal à reporter le projet. Jackson s’attaque donc à l’ambitieuse adaptation cinématographique de la saga de J. R. R. Tolkien, à laquelle il consacrera plus de sept ans de sa vie.

Le 30 décembre 2009, Peter Jackson a été fait Chevalier de l’Ordre du Mérite de Nouvelle-Zélande, le premier titre de noblesse britannique. Ce prix lui a été attribué pour ses « services rendus au cinéma1 ».

Le Seigneur des anneaux[modifier]

Miramax, premier investisseur, souhaite d’abord deux films, puis finalement un seul. Désireux de rester fidèle à Tolkien (bien que l’auteur n’ait pas originellement conçu son roman comme une trilogie), Peter Jackson réussit finalement à convaincre New Line Cinema de tourner trois films, correspondant aux trois tomes de la saga : Le Seigneur des anneaux : La Communauté de l’anneau, Le Seigneur des anneaux : Les Deux Tours et Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi.

Pour écrire le scénario, Peter Jackson s’adjoint son épouse Frances, de même que Philippa Boyens et Stephen Sinclair. Les films, d’une durée entre trois heures et trois heures trente, sont tournés simultanément de septembre 1999 à décembre 2000 en Nouvelle-Zélande. Ils tirent profit de paysages à couper le souffle tout en exploitant de nombreuses techniques d’effets visuels assurées par les firmes Weta Workshop et Weta Digital, dont certaines éprouvées et d’autres révolutionnaires. Ils mettent en vedette une kyrielle d’acteurs, parmi lesquels Ian McKellen, Elijah Wood, Sean Astin, Viggo Mortensen, Orlando Bloom, Liv Tyler et Christopher Lee.

Lancés en décembre 2001, 2002 et 2003, ils bénéficient d’une sortie simultanée dans de nombreux pays, notamment en Europe et en Amérique. Le succès est remarquable, tant au plan artistique que commercial : 17 Oscars (sur 29 nominations) pour l’ensemble de la trilogie et plus de trois milliards de dollars de recettes pour une mise de départ de trois cent millions. Cette trilogie a surpassé les pronostics les plus optimistes, en plus de remettre au goût du jour un genre cinématographique, la fantasy, jusqu’alors mal-aimé.

Le procès avec New Line et le tournage des films Bilbo le Hobbit[modifier]

Colored Ballpoint pen Drawing by Allan Barbeau

En mars 2005, Peter Jackson a lancé une poursuite contre New Line, affirmant qu’il avait perdu les recettes de merchandising de La Communauté de l’Anneau, premier volet de la trilogie. Bien que le réalisateur ait estimé la poursuite mineure et qu’il pensait que la New Line le laisserait diriger le film encore une fois, son co-fondateur Robert Shaye a été très affecté par le procès et a déclaré en janvier 2007 que le réalisateur ne dirigera aucun nouveau film pour la New Line, l’accusant d’être trop « gourmand » et allant même jusqu’à le qualifier d’« individu myope et arrogant », regrettant « la perte d’un ami. » Il fut donc écarté du projet, la production cherchant un nouveau réalisateur en février 2007 pour une sortie en 2009.

En août 2007, les tensions s’atténuèrent entre le réalisateur et la production, en partie grâce au projet, que les fans et les acteurs n’imaginèrent pas sans lui. C’est pourquoi le film Bilbo le Hobbit est officiellement lancé en décembre de la même année pour une sortie en 2010 (le film fut finalement retardé d’un an), Peter Jackson occupant le poste de producteur exécutif, refusant celui de réalisateur de peur d’être insatisfait du résultat final face à l’ampleur de sa « trilogie » et de rivaliser avec cette dernière. Sam Raimi avait entamé de sérieuses négociations avec la New Line, étant le préféré de Peter Jackson, avant que Guillermo del Toro ne soit nommé en tant que réalisateur. Cependant, le 31 mai 2010, Guillermo del Toro démissionne de son poste de réalisateur suite aux nombreux retards et problèmes financiers accumulés par la MGM. Toutefois, il reste à son poste de co-scénariste. Après ce flou artistique, on annonce que Peter Jackson occupera les rôles de producteur et de réalisateur. Ce dernier confirme à la mi-octobre 2010 que le tournage des deux volets en 3D débutera en mars 2011. Fin octobre le feu vert est lancé pour la production du film, les acteurs sont dévoilés et les dates confirmées (fin 2012 pour la 1re partie et fin 2013 pour la 2e)

King Kong[modifier]

Après le succès remporté par le Seigneur des anneaux, Peter Jackson est immédiatement relancé par Universal pour le projet de King Kong. Il signe un important contrat pour un budget de plus de 200 millions de dollars US, avec un salaire de 20 millions pour lui et ses coscénaristes plus 20% d’intéressement sur les bénéfices, faisant de lui un des metteurs en scène les mieux payés d’Hollywood. Pour porter la nouvelle version de King Kong au grand écran, il fait appel à ses collaborateurs habituels : Frances Walsh et Philippa Boyens qui signent avec lui le scénario, puis Richard Taylor qui assure la conception des effets spéciaux.

Il s’agit d’un film de trois heures, véritable remake du film original de Merian C. Cooper, tourné dans la baie de Wellington avec reconstitution du New York de 1933, 3 000 plans reconstitués dans les moindres détails grâce aux effets spéciaux, un réseau de rues amovibles, 1 700 figurants et 1 300 techniciens. La distribution comprend Naomi Watts (Mulholland Drive), Jack Black (L’Amour extra large), Adrien Brody (Le Pianiste) et Andy Serkis, l’interprète de Gollum dans le Seigneur des anneaux. Le tournage débute un mois après le décès de l’actrice Fay Wray qui avait joué dans le film original et que Jackson souhaitait voir apparaître dans son remake pour prononcer la réplique finale. La première mondiale de King Kong a eu lieu le 14 décembre 2005 à New York.

Projets récents[modifier]

Peter Jackson a caressé pour un temps l’idée de produire l’adaptation cinématographique du populaire jeu Halo, dont le tournage devait avoir lieu en 2007. Le projet est toujours au point mort puisque les deux studios qui s’étaient engagés à le financer, 20th Century Fox et Universal, ont finalement trouvé l’aventure trop risquée.

Peter Jackson a réalisé l’adaptation cinématographique du roman Lovely Bones d’Alice Sebold (disponible en français sous le titre La nostalgie de l’ange). Le film, produit par DreamWorks, sortit en France le 10 février 2010.

De concert avec Steven Spielberg, Peter Jackson s’attaquera sous peu à l’adaptation cinématographique de Tintin. Pour animer les personnages de la célèbre bande dessinée de Hergé, Weta Digital utilisera un nouveau procédé de capture de mouvements. Spielberg réalisera le premier film et Jackson le second. Il s’agit d’une production d’envergure dont le budget avoisine les 100 millions de dollars. La sortie du premier film est prévue pour 2011.

Peter Jackson sera le producteur exécutif et Réalisateur des deux films du projet Bilbo le Hobbit, confirmés pour 2012 et 2013. Avec Martin Freeman, Ian McKellen, Andy Serkis et Richard Armitage.

Il semble, par l’auteur Naomi Novik de la série Téméraire, que celui-ci aurait acheté les droits pour en faire un film.

Filmographie[modifier]

Avant d’entreprendre son premier long métrage, Bad Taste, Peter Jackson a réalisé cinq courts métrages : The Dwarf Patrol, World War 2, The Valley, James Bond et Curse of the Gravetaker.

Réalisateur[modifier]

Projets

Acteur[modifier]

En tant que caméo :

Producteur[modifier]

Scénariste[modifier]

Distinctions[modifier]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s